MARATHONIENNE

Steel, H.115 cm and H130 cm

Philippe HIQUILY (1925-2013) est un artiste français singulier. Sculpteur mais aussi créateur de mobilier, HIQUILY s’est tenu à l’écart du marché de l’art et des mouvements artistiques. Libre, hédoniste, il confère à ses œuvres un esprit à la fois onirique et surréaliste. L’érotisme quasi omniprésent et la délicatesse de ses réalisations contrastent avec l’aspect brut des matériaux de récupération qui lui servent de base.

HIQUILY intègre l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts de Paris en 1953.

Il fréquente rapidement l’atelier de CESAR mais développe une approche personnelle de la sculpture : il utilise la tôle, moins chère que le bronze, et la soude par la technique du métal direct. Sa rencontre avec l’artiste Germaine RICHIER est déterminante : elle le conseille, l’encourage et lui commande même des socles et des sellettes pour ses propres sculptures. HIQUILY fait rapidement partie des jeunes artistes qui font les beaux jours de Saint germain des Prés et après deux expositions dans les galerie Palmes et galerie du Dragon, il est contacté par la galerie newyorkaise The Contemporaries. L’exposition, organisée en 1959, est un succès. Toutes les œuvres sont vendues et l’une d’entre elles est acquise par le musée Guggenheim. Son succès a des échos en France et, la même année, sa sculpture « Jérémie » obtient le prix de la critique lors de la première biennale de Paris.

Au début des années 60 il est repéré par le décorateur Henri SAMUEL et devient rapidement une référence incontournable du milieu de la décoration. Cette activité lucrative lui permet de continuer à faire des sculptures.

A partir des années 1980, très influencé par l’œuvre de l’artiste américain Alexander CALDER, il explore la question de la mobilité, de l’équilibre et du mouvement. En intégrant à ses œuvres, des moteurs électriques il insuffle une nouvelle dimension à la conception traditionnelle de la sculpture.

Sa notoriété s’accroît et son oeuvre est scellée dans l’histoire et le quotidien : l’artistes reçoit des commandes publiques (comme celle d’une « Marathonienne » haute de 6 mètres pour la ville de Vitry-sur-Seine, en 1981) et son travail est représenté dans de nombreux musées  (MOMA & Guggenheim, New York ; Smithsonian American Art Museum, Washington ; Museum of Contemporary Art, Montréal; Musée National d’Art Moderne et Centre Georges Pompidou, Paris ; Musée d’art moderne de La Havane).

HIQUILY est un artiste qui revendique le plaisir, l'enchantement. Il a bouleversé notre rapport à l’œuvre d’art non seulement en donnant à la sculpture de multiples facettes - tantôt objet d’art, tantôt mobilier - mais surtout en la plaçant au centre d'une démarche interventionniste avec l'introduction du jeu de bascule (« La Funambuleuse » (1981), les « Pirouettes » (1985-1990), les « Galipettes » (1988 – 2000), « La Claudinette » (1999), « La Sauteuse » (2002)).

 

 

Originally trained as a sculptor at the École des Beaux-Arts in Paris, Philippe Hiquily was a friend to some of the city’s famed artists including Jean TinguelyMarcel Duchamp, and Georges Bataille, among others. Like Tinguely, Hiquily experimented for a time with motorized, moving sculptures. In 1959 his sculpture won the Critics Prize at the Paris Biennial, and his work has been shown widely around the world. In the 1960s, Hiquily expanded his artistic practice to produce quixotic, cubist-inspired furniture. Using strange, semi-Gothic tapering forms, animal hides, fossils, and metal, Hiquily’s furniture, including his “Van Zuylen” table, combines the imaginative and whimsical with a more serious sense of the antique.